A quoi va servir ce texte, au fond ?
A me donner bonne conscience ou le sentiment de faire quelque chose de bien? A taper sur les autres pour me sentir supérieur ? A profiter du buzz, pour faire « in » ? Je ne sais pas. Toujours est-il que le besoin d’écrire est là. Un moyen parmi d’autres d’exprimer le ressenti de plusieurs. Au moins. Au mieux, une incitation personnelle, une motivation à agir. Agir encore. Agir toujours.

Des situations comme celles-là, y en a toujours eu. La délinquance juvénile a eu le temps de faire ses preuves au Cameroun depuis quelques temps déjà. Les élèves qui s’asseyent dans des bars et snacks, en tenue, pour consommer de l’alcool, on a connu. Les enfants braqueurs dans les rues – dont le nouveau surnom est « microbes » en parallèle à « chinois » en Côte d’Ivoire et « shegues » au Congo, on a aussi connu… Et là, on (re)découvre que l’insécurité se fraie une place, aux côtés des déviances sexuelles.

En discutant avec plusieurs personnes, notamment celles de ma génération ou de mes parents, une tendance se dégage : pour en arriver là, il faut reconnaître l’échec de l’éducation. En fouillant dans mes plus lointains souvenirs, il m’est difficile de contester cette analyse au regard des rapports aînés-cadets, parents-enfants, autorités-subordonnés. Qui osait défier un grand-frère en public ? Qui avait le culot de répondre aux questions d’un parent ? Qui pouvait s’opposer à l’enseignant, même en cas d’injustice ? Loin des débats sur le traitement de l’enfant, de la punition corporelle et autres fessées, sur le syndrome de Stockholm prétendument responsable de la fessée des parents Africains appliquée à leurs enfants, eux-mêmes réellement battus par les esclavagistes Blancs, il semble que plusieurs agréent sur l’idée qu’une certaine éducation, rigide, stricte, ferme, dure aura façonné une génération respectueuse au détriment d’une nouvelle, complètement aux abois, quant à la morale.

Si cette génération, qualifiée de génération X, a pu profiter de sages conseils, qu’elle les a retransmis à une génération Y, qui a à son tour su mettre en pratique, pourquoi les « post-millenials » Camerounais paraissent si révolutionnaires et négativement illustres dans leur quête du mal ?

Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas.

Proverbes22.6 – La Bible

L’une des réponses se trouve justement dans l’énoncé de cette problématique : qu’avons-nous fait de ce que nous avons reçu ?

C’est d’ailleurs une question que l’on pourrait extrapoler aux différents aspects de la vie de ce pays et finalement, à toutes les catégories de la population. Tant nous a été confié et nous avons presque tout dilapidé. Par inconscience, par ignorance, par irresponsabilité, par absence de sens de devoir. Non, les réseaux sociaux ne sont pas à blâmer; ce n’est qu’un outil, certes amplificateur, parmi tant d’autres. Par contre, nos comportements à la maison, nos préférences culturelles, nos références et modèles de vie, nos choix moraux, notre inclinaison facile au sexuel, notre désinvolture face au sacré, notre adoration des liqueurs, notre rapport faible à la nation, ont certainement guidé et conduit ces jeunes à envisager la vie d’une certaine façon. Une sorte de tomahawk qui nous rappelle sans cesse que nos déviances personnelles et manquements à l’éducation de nos enfants, nous sont rendus très justement.

Oui, ma génération a échoué. Lamentablement. Quand je pense au tribalisme par exemple, à la question du vivre-ensemble (respect de l’opinion contraire, de la démocratie), au terrible sujet sur le viol… Cette jeunesse parfois injustement honnie, n’est le résultat que de ce que nous lui avons offert et présenté comme chemin de vie.

Que faire ?

J’ai des idées, des suggestions; je souhaite d’abord entendre les vôtres.

***

Sombres ébauches de la réalité (attention, images choquantes!)

Information à vérifier (publiée le 16/01/2020)

Les 10 métiers de demain au Cameroun

By Danielle Kemajou / 13 février 2014 / 0 Comments

Education: ma génération a échoué

By Sergeobee / 16 janvier 2020 / 1 Comment

Sarkozy aurait donc raison sur l’Afrique ?

By Sergeobee / 19 septembre 2016 / 0 Comments