Séries d'articles

De rentrer: pour faire quoi?

« Willst du nach deinem Studium in deine Heimat zurückkehren?« 

aAvion dans les airsJe ne saurais compter le nombre de fois qu’un européen/étranger ou un compatriote m’a posé cette question à savoir si je devais rentrer dans mon pays après mes études. Ma réponse fut toujours la même. « Je compte travailler quelques années pour acquérir de l’expérience professionnelle et ensuite je retournerais au pays« .

Tout d’abord, j’aimerais juste signaler que ceci n’engage que moi parce que je sais qu’on ne va pas être d’accord sur certains points (c’est normal, c’est un avis personnel) et c’est tout à fait compréhensible. D’ailleurs il n’est sans ignorer que ce thème revient à chaque fois lorsqu’il s’agit de projets à longs ou courts termes concernant l’avenir d’un africain de la diaspora. Mais au fil du temps les données changent et ce de manière souvent involontaire. Ma (notre) vision des choses alterne entre les modes pessimiste  et optimiste. D’un côté on a un pays qui, malgré le dévouement et l’acharnement de certains de ses compatriotes, tarde à se développer depuis plus d’une trentaine d’années déjà pendant lesquelles le bilan semble plutôt mitigé. De l’autre côté on se force à croire que les choses évoluent et que d’ici quelques années encore le cauchemar prendrait définitivement fin. Je ne veux surtout pas en faire un débat politique, loin de là. Mais si j’en parle c’est tout simplement parce que je pense qu’il y a un lien entre le choix de rentrer ou de rester.

Que quelqu’un ne vienne pas me jouer la carte du patriotisme sentimental avec la fameuse citation « ne demande pas ce que ton pays a fait pour toi mais demande toi ce que tu peux faire pour ton pays » car elle ne s’applique malheureusement pas dans le cas de mon cher pays (enfin, avis personnel. Je sais beaucoup trouveront ces propos égoïstes) vu que même lorsque t’essaies c’est lui même qui te décourage encore.

Pourquoi devrais je rentrer au pays?

Si je décide de le faire ce serait  tout simplement dans l’optique de participer d’une manière ou d’une autre au développement  de mon pays à mon niveau en créant ma propre firme et engager ainsi de la main d’œuvre locale. Nous savons tous que l’Afrique en terme de croissance technologique de l’information et de la communication (internet, technologies du web …) pour ne citer que ce domaine (qui fait d’ailleurs partie de mon quotidien), est en pleine expansion, et qui dit expansion dit « chasseurs de marchés » (dont la majorité est étrangère). Il ne faut pas être un expert pour savoir que dans mon pays il reste encore énormément à faire quand nous assistons de près ou de loin au quotidien donc font face nos concitoyens, frères, amis, etc …

Une autre raison qui me pousserait à rentrer c’est aussi juste parce que j’aime mon pays (Home sweet home) et on est plus à l’aise chez soi qu’ailleurs. Renouer avec ma culture me ferait très plaisir. Et n’oublions pas le degré de stress qui diminuera (car moins de pression psychologique -pour certains- liée au fonctionnement du rythme de vie occidental).

Rester à l’occident

Hé bien pour l’instant je compte rester ici ou immigrer ailleurs. pourquoi? Parce que (et je le répète) les systèmes de mon pays «me font peur», surtout le système de santé.

Je n’ai pas du tout confiance quant à la prise en charge et au suivi des patients. Je ne suis pas un renégat mais je vais souligner ici la mentalité de mes frères en ce qui concerne la vie sociale et morale. Je m’explique: Lorsque tu essaies par exemple de rappeler à quelqu’un l’importance de la propreté en milieu urbain, les réactions laissent toujours de marbre. Ou alors si tu essaies d’apporter des idées qui pourront améliorer le quotidien de la population, tu reçois ce genre de réponses: « tu penses que tu es qui? donc tu crois que d’autres n’ont pas essayé?« , « il faut nous laisser ça, nous on a toujours fonctionné comme ça » peut être cela semble juste être des détails anodins pour vous, mais pas pour moi. d’aucuns diront que je veux « ya« *  parait-il que c’est parce que je suis arrivé chez le « blanc » pour avoir de telles pensées ou réflexions. Loin de là!

Pourquoi je veux rester à l’étranger?

Hé bien parce que pour pouvoir rentrer au pays et se faire une «place» n’est pas toujours chose aisée ou facile (qui a dit que la vie était facile?). Bref tant que je n’assure pas un avenir sur au Bled je ne pourrais rentrer. Car ce n’est pas sur place que tout se joue mais plutôt ménager sa monture des années à l’avance ( et entre temps la donne change) quand il s’agit d’aller s’y installer. Entre la corruption et l’abus de pouvoir qui sont monnaie courante au Pays je ne pense pas que c’est pour demain la veille.

Un simple exemple

L’oncle à mon beau-frère après avoir obtenu son doctorat en médecine, décida de se rendre utile dans une université de la place au pays tout en donnant des cours gratuits. grande fut sa surprise lorsqu’on lui demanda de mettre la main dans la poche (pour rendre un service, vous vous rendez compte!?) ou alors des appareils de seconde mains destinés à équiper des dispensaires et certains hôpitaux (en terme de dons, comme contribution patriotique) bloqués à la douane car l’État (qui devait voire cela comme une manne tombée du ciel, oui oui vu que lui même qui est censé s’occuper de son peuple ne le fait pas!) par le biais de ses agents, exige des sommes mirobolantes vu que la provenance est l’occident donc forcément des personnes « qui ont un peu » comme on dit au pays.

En somme il y a tellement d’anecdotes et histoires qui me/nous refroidissent. En même temps je dois avouer que je reste aussi  quant au confort qu’offre l’occident et parfois une «sécurité» financière (ou pas!).

Qui a écrit cet article?

Charles Chimi