Jusqu’où ira notre faculté à banaliser et même à promouvoir la consommation à l’excès de l’alcool dans notre pays? Déjà que les bars nous envahissent à tout coin de rue, il faut maintenant que les endroits dont on croyait inviolables rentrent dans la gamme. La dernière mode en vigueur depuis près de 5 ans consiste à transformer les « shops » des stations d’essence en véritable pub, repère de boissons alcoolisées. Là où on trouvait naguère quelques produits alimentaires (biscuites, lait, jus, etc.), on découvre désormais des bouteilles de bière posées sur une table. Quand vous venez faire le plein d’essence de votre véhicule, vous trouvez aussi bien des personnes attendant leur tour et d’autres qui restent là à discuter de tout et de rie, à longueur de journée devant leurs canettes.

Saisissez bien la situation: il ne s’agit pas d’un coin à côté de la station, mais de la boutique de la station, à l’intérieur. Quel irrespect des consommateurs quand on considère que les produits alimentaires sont juxtaposés aux gouttes et salives des consommateurs inconscients d’alcool. Cela soulève tout de même de vraies questions: quel est le statut de ces lieux? Des gargotes? Des bars? Des shops? etc. Dans ce cas, il ne faudra pas s’étonner de la promotion musicale qui pourrait s’en suivre ou des orchestres musicaux qu’on pourrait inviter. Du moment qu’on permet aux clients de commenter sans retenue et de consommer à toute aise, pourquoi s’arrêter en si « bon » chemin?

D’ailleurs, il faudra nous expliquer la logique de la démarche entre la plaque de la station qui encourage les chauffeurs à ne pas conduires ivres (du moins, avec un taux d’alcool fort) au volant et le fait d’en proposer dans cette même station. Et si ce n’est pas le chauffeur qui doit consommer, qui le fait donc? Le client externe? Dans ce cas, on en revient au point initial qui consiste à se poser la question de la nature juridique de ces boutiques.

Je vous épargne trop de commentaires sur la saleté qu’entraîne cette activité pour le moins lamentable et dégradante de l’image de notre société. Il y a toujours à balayer (quand on le fait même déjà) à cause des bouchons. D’autres se permettent de fumer (expliquez-moi aussi le lien avec l’autre plaque qui interdit de fumer dans les stations services). Très facilement, des gouttes de salive se posent dur des biscuits et autres…Immonde! Exécrable!

Ces boutiques qui avaient un côté très rafraîchissant et confortable (notamment à cause du climatiser) deviennent repoussantes pour ceux qui y avaient trouvé un lieu de permanence en attendant de faire le plein.