Affaire Monique KOUMATE : ce qui choque les Camerounais

Qui se souvient des cas de transe des élèves dans les écoles à une époque? L’établissement responsable ou pas, communiquait, frappait le poing sur la table, instaurait une discipline, alertait la population, etc. L’école faisait tout pour redorer sa réputation et protéger les enfants. Et si elle était retrouvée coupable, elle en pâtissait durement.

Ce qui choque les gens au fond, version finale connue ou pas, c’est le laisser-aller, l’indifférence, l’apathie, la désinvolture, cette institutionnalisation du chacun pour soi, du « on va faire comment? », ce darwinisme social, professionnel qui veut que le Camerounais bien placé considère que celui qui l’est moins est un raté. Comme des passagers se bousculant, s’insultant, se bagarrant pour prendre un taxi à des prix très au-dessus du tarif normal, la vie au Cameroun, au-delà des challenges quotidiens normaux relève de la jungle.

Je ne me pourfendrai pas en donneur leçons de morale, mais reconnaissons tous que ce qui se passe aujourd’hui est symptomatique d’une société radicalement opposée à celle de notre enfance. Cette situation nous renvoie, comme un miroir, à notre propre réalité où c’est l’argent, le relationnisme, le « pistonnage », les accointances, la corruption, les pratiques ésotérico-occulto-sexuelles qui régissent l’accès au savoir, à l’emploi, aux marchés publics (et privés), aux promotions, au savoir, à l’eau, à l’électricité, etc.

Le pire?

Nous sommes tous coupables.

  • Coupables de nous taire, soi-disant il faut être sage
  • Coupables de lancer des appels au PR alors que lui-même a dit que les élections sont certaines MAIS lointaines.
  • Coupables d’alimenter le système de corruption national, qui lui-même se décline en mentalités et comportement social accepté, assumé et désormais codifié (atalakou et Co.)
  • Coupables de mettre les mauvaises personnes aux bonnes places, de confondre vieillesse et sagesse, intelligence et diplômes
  • Coupables de laisser à une jeunesse désemparée pour (presque) seuls modèles l’alcool, les fausses religions, un mouvement sportif plein de scandales, une musique déifiant les textes au bas de la ceinture, du revenge porn aussi stupide qu’indigne, des collages de petite, etc.
  • Coupables d’avoir tué le sentiment patriotique en gardant les vestiges de la colonisation comme références au-dessus du patrimoine national culturel dans les programmes éducatifs, les mausolées, statues et autres représentations culturelles, les programmes médiatiques, les rues, le vestimentaire. Etc.
  • Coupables de chez coupable.

Un pays qui ne connait pas son identité, qui ne connait pas son histoire, tout en s’ouvrant à d’autres cultures, n’a pas la moindre chance de s’en sortir.

A croire qu’on aurait maudit ce pays.
Que Dieu nous aide.

Qui a écrit cet article?

Sergeobee

Project Professional Manager, Chief Creative Officer, Marketing Manager, WebDevelopper, WebDesigner, Online and Digital Manager, producteur et animateur radio/TV et fondateur d'obosso. Founder et CEO d'artecaa, qui gère la plateforme de travaux ponctuels rémunérés eboloo.com.
Retrouvez-le sur LinkedIn.